C’est tout moi !

 

Je l’aime à mourir -> Votons pour l’avenir 7 mai, 2017

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 20:02

Pour ceux qui crèvent de faim
Qu’ont plus rien dans leur vie
Pour que les lendemains
De nouveau nous sourient
Vote pour l’avenir

On a tout un programme,
Nous, la France insoumise
Nous ces hommes et ces femmes
Comme au temps des cerises
Pour tout reverdir
Pour nous réunir
Vote pour l’avenir

Soyons plus que ces chiffres
De l’empire financier
Ces pantins qui s’empiffrent
Ont tort d’espérer
On va réagir

 

Pour une République
Libérée des séquelles
Des valises pleines de fric
Des affaires à la pelle,
Brisons les empires
Virons ces vampires
Votons pour l’av’nir

 

On doit tout faire pour que la Terre
Ne soit pas moins forte qu’aujourd’hui
On doit tout faire pour que la Terre
Reste en vie
Et l’humain aussi

On mérite mieux
Que la petite cuisine
De ces quasi maffieux
Aux envies assassines
Votons pour l’av’nir

Dégageons les maint’nant
Pour tout réinventer
Le futur en dépend
Il est temps d’essayer
De tout réécrire
De tout reconstruire
Votons pour l’av’nir

Nous crevons sous la botte
D’homm’s sans foi ni loi
Devenons l’antidote
En rassemblant nos voix,
Votons pour l’av’nir

On doit fair’ valoir
Nos droits, faut plus traîner,
Suffit de le vouloir
Suffit de bien voter
Pour tout assainir
Selon nos désirs
Vote pour l’av’nir

 

On doit tout faire pour que la Terre
Ne soit pas moins forte qu’aujourd’hui
On doit tout faire pour que la Terre
Reste en vie
Et l’humain aussi

 

Pour ceux qui crèvent de faim
Qu’ont plus rien dans leur vie
Pour que les lendemains
De nouveau nous sourient
Vote pour l’avenir

On a tout un programme,
Nous, la France insoumise
Nous ces hommes et ces femmes
Comme au temps des cerises
Pour tout reverdir
Pour nous réunir
Vote pour l’avenir

 

 

 

 

Appel aux insoumis et sympathisants 30 avril, 2017

Classé dans : Non classé — Barbara @ 14:32
Les coupaings insoumis et sympathisants, je sais bien qu’on s’en prend plein les naseaux depuis dimanche soir.
Je sais bien que les propos de Mélenchon sont déformés à qui mieux mieux. Je sais bien que ça vous énerve. Je sais bien que vous en avez plein les babouches de ces mouches du coche qui nous tournent autour, des qui insultent, des qui donnent des ordres, des qui y vont de leur chantage et/ou de leurs accusations et/ou de leurs anathèmes.
Je sais tout ça.
Mais je sais aussi que plus on s’énerve, et plus on semble leur donner raison.
Nous ne supportons pas qu’on nous dise ce que nous devons faire : donc, ne faisons pas ce qu’on n’aime pas qu’on nous fasse. Quel que soit votre décision, elle est vôtre, vous ne voulez pas subir d’influence. Donc, donnez votre avis si vous en ressentez le besoin, mais ne faites pas de cet avis une forme de militantisme. Gardons notre énergie de militants pour les législatives, où nous montrerons une fois de plus que la lutte est notre affaire.
De même, et puisque les médias mainstream répètent à longueur de temps que Mélenchon n’a pas donné de consignes, notre message doit être qu’il y a bel et bien une consigne, et que cette consigne, c’est « pas une voix pour le FN ». Voilà ce qui compte, et ce qu’on doit répéter inlassablement, ici, sur les réseaux, comme dans la vraie vie. Parce que quel que soit notre décision, elle se base sur cet élément commun : « PAS UNE VOIX POUR LE FN ».
Essayez autant que faire se peut de garder votre calme. N’oubliez pas que de faux insoumis font en ce moment tout ce qu’ils peuvent sur les réseaux pour nous faire passer pour des sauvages hystériques. Démasquez les faux, et de votre côté, keep it cool. On peut dire plein de choses sans s’énerver (et souvent, ça porte bien plus).
Merci de faire tourner ce message.
 

 

Ça fait rire les oiseaux => Ça fait monter Mélenchon 10 avril, 2017

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 9:02

La France Insoumise, c’est de l’espoir à la maison,

Parce que citoyenne est notre révolution.

La France Insoumise, c’est la meilleure des solutions,

Pour donner un avenir à notre nation.

 

Si tu galères dans ta vie,

Si le MEDEF te fait peur,

La FI est là pour toi.

Y’a toujours des insoumis

Qui luttent pour ton bonheur,

Allez, brandis le poing,

Sans mauvaise humeur,

Et tout finira bien

Si on se bat tous en cœur.

 

Ça fait monter Mélenchon,

Ça fait pleurer les Macron,

Ça chasse les Fillon

Et ça leur pique leur pognon,

Ça fait monter Mélenchon,

Ça fait rager la Le Pen,

Parce que ces élections

Seront pas celles de la haine,

Ça fait monter Mélenchon, oh oh oh, monter Mélenchon.

 

Voter insoumis, c’est préférer la transition,

Écologique, démocratique, c’est la solution,

Sixième République pour récupérer les millions

De Gattaz et compagnie, sans hésitation.

 

Si tu galères dans ta vie,

Si le MEDEF te fait peur,

La FI est là pour toi.

Y’a toujours des insoumis

Qui luttent pour ton bonheur,

Allez, brandis le poing,

Sans mauvaise humeur,

Et tout finira bien

Si on se bat tous en cœur.

 

Ça fait monter Mélenchon,

Ça fait pleurer les Macron,

Ça chasse les Fillon

Et ça leur pique leur pognon,

Ça fait monter Mélenchon,

Ça fait rager la Le Pen,

Parce que ces élections

Seront pas celles de la haine,

Ça fait monter Mélenchon, oh oh oh, monter Mélenchon.

 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

J’y étais ! 19 mars, 2017

Classé dans : Non classé — Barbara @ 16:49

Ah ça oui, j’y étais. On a tous entendu ou lu au moins une fois dans notre vie une phrase du genre « vous vous rendez compte que ce jour est historique, et qu’on pourra dire qu’on y était ? ». C’est presque un passage obligé dans nombre de livres, de films, d’articles. Et à force, cette phrase en a perdu, de sa force. Du moins c’est l’impression qu’on a, jusqu’au jour où ça vous arrive. Qu’est-ce qu’on ressent, au juste ? Pas évident à décrire ; c’est trop dense, trop fou, trop de choses à dire, trop peur d’en oublier, de ne pas parvenir à faire toucher du doigt aux absents la réalité de la chose. Je ne sais pas si je vais pouvoir faire autre chose que restituer une série d’images, d’instantanés – parce que je n’ai que rarement le réflexe de prendre photos et vidéos, occupée que je suis à ressentir et engranger des souvenirs. Enfin, en tout cas, je vais faire de mon mieux pour vous faire un compte-rendu de cette journée démentielle, magique, énorme, de ce 18 mars 2017 où nous avons marché tous ensemble pour la 6ème République.

 

Fraternité. Vous l’avez déjà lu, ce mot, aux frontons des mairies. Vous en comprenez la signification, normalement. Cette fraternité : nous sommes tous frères. Tous égaux. C’est une belle, une grande idée. C’est aussi une notion un peu floue, et que le quotidien contredit régulièrement. Mais parfois, il est donné de connaître ce moment de grâce où le mot fraternité, non seulement prend tout son sens, mais aussi où il se fait concret au point qu’on peut le toucher du doigt, et le ressentir au plus profond de son être. C’est ce que j’ai vécu hier. On se retrouve au coude-à-coude avec de parfaits inconnus, et malgré tout on se ressemble, on échange, on partage, comme si on se connaissait depuis toujours. Je ne savais pas qu’on pouvait goûter une idée. Et pourtant, c’est ce que j’ai fait hier, je l’ai même croquée à pleines dents, avec un appétit heureux et rabelaisien. Fraternité, bordel ! C’est beau, et c’est bon.

 

Bienveillance. Partout, de la bienveillance. Envers nous, envers ce projet que nous portons, envers cet immense espoir que nous nous efforçons chaque jour de rendre contagieux. On trouve ça et là, sur les réseaux sociaux, des trolls haineux dont la pire insulte, nous concernant, est « bisounours ». Je ne sais pas si c’est vrai, et pour être franche, je m’en tamponne l’oreille droite avec une babouche taille 42. Ce que je sais, c’est que quand on se retrouve dans une foule de 130.000 personnes, et que cette bienveillance passe de l’un à l’autre, sans entrave, joyeusement, librement, c’est juste putain de bon. Le moindre Parisien qui a ouvert sa fenêtre pour nous regarder a eu droit à son ovation personnelle – sans même parler de ceux qui nous ont fait de grands signes de connivence, et qui ont été applaudis comme la plus grande des rock-stars rêverait de l’être… Il paraît qu’on émet de l’énergie, positive ou négative, selon ce que l’on ressent. Hier, si on avait couvert de slime les monuments parisiens, comme dans Ghostbusters, je peux vous garantir que la Tour Eiffel serait venue danser la gigue avec le Grand Palais, et qu’on aurait vu le Louvre et sa pyramide danser des claquettes.

 

Images en vrac : un jeune couple, juste devant moi, a échangé un tendre baiser, et c’était beau de voir l’espoir qui les portait. Ils étaient heureux d’être là, d’être ensemble, et donnaient l’impression de s’aimer encore plus d’avoir partagé ça. Plus tard, un autre couple. Des renards argentés, qui portaient leurs rides comme un combat, et qui couvaient du regard cette foule amicale, comme surpris de voir que c’était possible, que peut-être, du haut de leur grand âge, ils voyaient enfin un jour qu’ils attendaient de longue date. Des sourires, des rires, de la complicité. Là, pendant que j’écris, sur un autre onglet de mon navigateur, j’écoute le replay d’hier. De temps à autre, je change d’onglet, et je bloque sur les images. L’émotion, aussitôt, me prend à la gorge de voir toutes ces trognes. Des vieilles bouilles, des jeunes, des riches, des pauvres. Et partout cette énorme espérance, de taille à lever des montagnes. C’est difficile de quitter des yeux ces images qui ressemblent tant à celles que j’ai ramenées, bien au chaud au fond de ma tête. D’ailleurs, je viens de faire une longue pause pour écouter Melissmel, qui a chanté « aux armes », en venant m’attraper directement par les tripes…

 

Moi qui panique quand je me retrouve à devoir faire des courses un samedi matin, parce qu’il y a trop de monde à mon goût, j’étais au beau milieu de cette foule immense, qui remplissait tous les interstices, de Bastille à République, et dans les rues alentour. Et j’étais heureuse d’y être ; ça fera partie, je le pense, des plus beaux souvenirs de ma vie. Rien que ça, je n’en reviens pas. Les insoumis, c’est un vaste rassemblement qui fourmille d’énergie, d’idées, de créativité, d’inventivité. Et nous parvenons à insuffler de la joie de vivre dans nos actions. De la bonne humeur dans la politique ? Mais vous êtes dingues ! Mais oui ! Nous sommes dingues ! Mais pas fous…

 

Nous sommes allés démentir, sur place, et par notre forte présence, les sondages bidouillés et autres éditoriaux visant à prouver combien Mélenchon est seul. M’est avis que pas mal de candidats aimeraient être seuls avec 130.000 personnes. Je ne sais pas comment il est possible, à présent, de prétendre qu’il l’est alors même qu’ont été diffusées par toutes les chaînes les images d’hier, ces deux places envahies, les rues adjacentes pleines de gens. Je me suis régalée à lire les messages que les insoumis avaient écrit sur leurs pancartes, leurs banderoles, leurs drapeaux… D’ailleurs, en parlant de ces messages, ce serait génial de tous redonner celui qu’on avait soi-même écrit, ou pensé, et de partager et repartager ces phrases. Le mien, c’était « mes colères d’hier sont mes actes d’aujourd’hui ».

 

Je me rends compte que cet écrit est confus, et un peu bordélique. Mais après tout, c’était hier un joyeux bordel – organisé, comme le sont les bordels intelligents. Et puis, on ne peut pas être insoumis et sagement rangé, si ?

 

Ce 18 mars m’a donné à penser que nous pouvons le faire. Que la perspective d’une victoire se rapproche de plus en plus chaque jour, à travers nos actions. Que ce qui n’était encore que douce lubie il y a quelques mois devient un objectif atteignable. Et que le plus grand nombre sera bénéficiaire si nous y parvenons – ou plutôt quand nous y parviendrons.

 

Voici que je me rends compte que j’ai échoué à transcrire ce que j’ai vécu et ressenti – mais un témoignage peut-il le faire à lui seul ? J’en doute. J’ai le sentiment, l’intime conviction, qu’hier, j’ai vécu l’histoire. Quand dans une vaste avenue, sur deux grandes places, on entend des vagues de voix scander avec force et conviction le mot « résistance », et qu’en outre, on est la fille d’un homme qui a débarqué le 6 juin 1944 sur une plage normande, comment parvenir à retranscrire ses émotions ? La fierté est profonde, en tout cas, de faire partie de ce récit qui se crée. J’arrête là, parce que je sens que tout ce que je pourrais écrire serait insuffisant. J’espère juste avoir partagé un peu de ce ressenti, surtout pour ceux qui n’ont pas pu venir – sachez que nous avons pensé à vous, tout le temps. Vous étiez là. Avec votre pensée qui marchait près de nous, nous étions au final plus, bien plus que 130.000.

Je n’ai pas trouvé pour le moment l’extrait de Melissmel chantant aux « armes ». En attendant, cet aperçu :

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Tomber la chemise => Votez France Insoumise 11 février, 2017

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 19:35

(Paroles de Gaëtan Thomas)

 

Couplet 1 :

Tous les insoumis du pays, même d’ailleurs

Et tout ce que la révolte a fait de meilleur

Loin des élites et des salops qui nous pillent

Des têtes de gondole, qu’enrichissent leur famille

Tous les insoumis du pays et même d’ailleurs

Et tous ceux qui savent que « phi » sera le meilleur

Des qui veulent pas se faire voler la Sociale

Commencent déjà à envahir les salles.

Y a pas de bandits à qui jeter des cailloux

C’mouvement est net, dedans y a pas de voyous

Attend qu’on l’ allume ce méchant boucan

Et que surgissent des urnes des volcans

On va :

 

{Refrain:}

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise !

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise ! (bis)

 

Couplet 2 :

Tous les insoumis du pays même d’ailleurs

Et tout ce que la révolte a fait de meilleur

Des sans dents, des faces rondes comme des quilles

Des verts des rouges, elle est grande la famille

On est là !

Tous les insoumis du pays même d’ailleurs

Et tous ceux qui savent que « phi » sera le meilleur

Ceux qui veulent quitter cette pagaille

Pour qu’on mette un nouveau train sur les rails,

Le cac 40 va pas nous faire d’éloges (C’est sur !)

Les puissants tiennent à leur belle horloge !

Allez les gars vous aviez promis le soleil

Fini les cadeaux, faut partager l’oseille !

 

{Refrain:}

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise !

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise ! (bis)

 

Couplet 3 :

Tous les petits gavroches et les têtes abîmées

Et les faces de pioches sont prêts à déminer

On va mettre le feu / Le bulletin revolver

On va l’sortir et c’est pas des paroles en l’air !

On les entend crier « Rangez vos chimères

Vos utopies on en a rien à faire

Désistez-vous,

Rejoignez nos primaires

Si vous êtes sages, on paye not’ministère »

Mais voilà chez nous c’est pas comme ailleurs

Pas la peine de venir jouer les jolis cœurs

La sixième rép / Voilà notre avenir

L’ 23 Avril j’peux t’dire qu’on va s’faire plaisir

On va :

 

{Refrain:}

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise !

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise ! (bis)

 

{Pont:}

Et votez, votez, votez la France Insoumise, Et votez, votez, votez, votez, vote la! (bis)

 

{Refrain:}

Voter la, on va voter, vote la France Insoumise ! Voter la, on va voter, vote la France Insoumise ! (bis)

 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Sapés comme jamais => Votez comme jamais 9 février, 2017

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 16:30

Nous, on casse le trip des démagos

On veut pas être dans le même bateau

Laissez tomber tous les socialos

L’avenir en commun, c’est notre lot,

LR, fhaine, on en a plein l’dos

Ça fait trop longtemps qu’on en a gros

Soyons insoumis, le monde sera beau

Que de nos bull’tins naissent nos idéaux

 

Ton bull’tin, ton bull’tin,

C’est ton arme, utilise-le bien,

Ton bull’tin, ton bull’tin

Construira nos lendemains

 

Sérieux, penses-y (sérieux, penses-y)

Ne fais pas une connerie (ne fais pas une connerie)

Ce serait trop triste

L’espoir est rivé sur toi

Vois nos yeux qui brillent, on compte sur toi

La vie est vraiment mal, mal, mal, mal,

 

Votons comme jamais (4)

Jean-Luc Mélenchon (Stenchon) (2)

La France Insoumise (2)

 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

La bohème => La gangrène

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 15:19

Je vous parle d’un temps

Que d’ici moins d’un an

On peut ne plus connaître

Ces élus cancrelats

Qui méprisent la loi

Sans jamais se démettre

Si jamais ils sont pris

Ils poussent les hauts cris

En jouant les victimes

Après s’être repus

Du profit de leurs crimes

Ils restent des élus

 

La gangrène, la gangrène,

C’est un élu qui prend des sous

La gangrène, la gangrène,

Qu’on ne peut pas virer du tout.

 

Macron, Le Pen, Fillon,

Ils ont pris des millions

Sur le contribuable

Et même si on le sait

Ont encore le toupet

D’être présidentiables.

En votant Mélenchon

On pourra pour de bon

Réformer ce système

Révoquer ces gens-là

Qui agissent comme ça

Et pensent qu’on les aime

 

La gangrène, la gangrène,

Peut appartenir au passé

La gangrène, la gangrène,

Il vous suffit de bien voter.

 

Voulez-vous supprimer

La possibilité

De taper dans la caisse ?

S’ils se sentent menacés

Ils vont pas oublier

L’épée de Damoclès

Les plus obnubilés

Vont devoir se trouver

Une meilleure filière

Cahuzac, Balkany,

Sarko et compagnie

Vont changer de galère.

 

La gangrène, la gangrène,

Les Insoumis veulent la curer

La gangrène, la gangrène,

Avec nous, ce s’ra terminé.

 

La sixième République

Donnera la réplique

A tous ces malhonnêtes

Les règles vont changer

FI va balayer

Tout autour des manettes.

Pour demeurer élu

Faudra de la vertu

Du travail, du dévouement,

Nos futurs députés

Pourront plus magouiller

Aussi impunément.

 

La gangrène, la gangrène,

Mélenchon va la nettoyer

La gangrène, la gangrène,

Pensez-y avant de voter…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Encore un matin => Cette fois, ton bulletin 19 décembre, 2016

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 20:29
Cette fois, ton bulletin,
Ce s’ra pas pour rien
Mais il faut que tu choisisses bien
Cette fois, ton bulletin
Ne sera pas vain
Si c’est l’avenir en communTout ce que tu as, ils veulent te le reprendre
Tu vas payer cher pour  l’apprendre
Bulletin pour voter, choisir et décider
Avec qui tu vas résister

Cette fois, nos bulletins
Ça fait aucun doute
Nous aideront à tracer la route
Cette fois, nos bulletins,
Du pire vers le mieux
A la cinquième mettre le feu

Ton bulletin, ça sera pas pour rien

Ton bulletin
Avenir en commun
Ce bulletin
C’est le mien, c’est le tien
Un bulletin de rien
Pour en faire
Un meilleur demainCette fois, ton bulletin
Chassera les coupables
Les magouilleurs, les incapables
Cette fois ton bulletin sera l’ennemi
De l’égoïsme et de l’envie
Bulletin pour agir sans attendre la chance
Redonner de l’air à la France
Bulletin innocence, bulletin intelligence
C’est toi qui décides du sens

Ton bulletin, ça sera pas pour rien
Ton bulletin
Avenir en commun
Ce bulletin
C’est le mien, c’est le tien
Un bulletin de rien
Pour en faire
Un meilleur demain

 

 

La playlist insoumise ! 12 décembre, 2016

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 17:34

L’hymne de la campagne :

 

Insoumis pour Mélenchon :

 

Les Insoumis vont résister :

Image de prévisualisation YouTube

 

Quand t’es dans la galère :

 

La France Insoumise :

Image de prévisualisation YouTube

 

Cette fois, ton bulletin :

 

 

Votez France Insoumise :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Keep calm/Vote Mélenchon :

 

 

Votez comme jamais :

 

 

La gangrène :

 

Ça fait monter Mélenchon :

Image de prévisualisation YouTube

 

Insoumis (Virgil Stuart)

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Lili voulait aller danser => Les Insoumis vont résister 11 décembre, 2016

Classé dans : Sur l'air de... — Barbara @ 0:35

Quand Fillon est entré dans la bagarre,

Prônant l’retour à 1900 moins l’quart,

L’extrême-droite véreuse

S’est sentie nerveuse :

Il essayait de brouter dans son pré.

Les faux-cialistes se sont frotté les mains

En l’entendant jouer au sacristain :

En poussant si loin

Le côté vaurien

Il leur laisse une marge pour faire les sagouins…

 

Oui mais voilà, FI est là…

 

Les Insoumis vont résister (3)

Aux attaques des gros banquiers

Les Insoumis vont résister (3)

A tous les pantins financés

Parce qu’ils ont Mélenchon pour les représenter.

 

Macron Rothschild a fait ses coups de com’

En nous montrant qu’il nous prend pour des pommes

On va lui rapp’ler

Qu’on n’est pas teubé

Qu’ses vach’ries, on les a pas oubliées.

En attendant, qui parle de la planète ?

De la sauvegarde des humains et des bêtes ?

De nos droits sociaux ?

Nos besoins vitaux ?

De  notre av’nir qu’on doit réinventer ?

 

Alors, voilà, FI est là…

 

Il va falloir aller voter (3)

Pour la vraie gauche, la faire gagner

Il ne faut pas te désister,

Il ne faut pas te défiler,

Implique-toi sans hésiter

Pour ne pas te faire dépouiller

Insoumis et Mélenchon vont te protéger.

 

 

Si tu veux vraiment agir pour ton bien,

Rejoins notre mouvement citoyen,

N’attends pas demain,

Et tends-nous la main,

Créons de l’espoir avec nos chagrins

 

Les Insoumis vont résister (3)

A tous les pantins financés

Il va falloir aller voter (3)

Pour ne pas se faire dépouiller

Insoumis et Mélenchon vont te protéger.

 

Image de prévisualisation YouTube
 

1...34567...17
 
 

LE JARDIN DE L’AMITIE |
wildcatsworld |
wwwfodelinfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Infos du jour
| Mosaïque
| Les Roses de l'Unité contre...