C’est tout moi !

 

Puisqu’il faut avoir un avis… 18 décembre, 2012

Classé dans : Billets d'humeur — Barbara @ 15:11

Eh oui, il semblerait que ce soit à la mode d’avoir un avis. Même s’il n’a rien d’original. Même s’il n’apporte rien au débat. Voire, si j’en crois ce que j’ai lu et entendu, surtout s’il n’apporte rien au débat…

 

Hein ? Mon avis sur quoi ? M’enfin ! Sur ce qui s’est passé de plus important depuis ces dernières semaines, ces derniers mois, ces dernières années, depuis que le monde est monde ! Sur l’affaire Depardieu, pardi ! Où diable avez-vous la tête ?

 

Paf zim boum, j’y vais de ma non-contribution :

C’est véritablement minable de partir de son pays pour payer moins d’impôts, lorsque l’on a bâti sa fortune sur le populo (premier bénéficiaire des impôts, soit dit en passant). Parce que vient un moment où il faut le dire, je vois assez mal un public de nantis et d’intellos enrichir le gros gégé qui ne s’est pas particulièrement illustré, sauf rarissimes exceptions, dans ce qui vole haut.

C’est véritablement minable, lorsque l’on est premier ministre, de ne pas savoir retenir ses émotions et les mots qui vont avec. Et ça l’est encore plus de ne pas avoir le courage de dire qu’on a dérapé, et que, même si sur le fond, on ne change pas d’opinion, on aurait tout de même pu l’exprimer autrement. Je ne crois pas qu’il soit excessivement compliqué, pour un membre du gouvernement, de publier un communiqué allant dans ce sens. Et ça permet, mine de rien, de faire montre de classe et d’élégance, sacré bon point quand on vient précisément d’en manquer.

C’est véritablement minable, de la part des autres membres du gouvernement, des autres hommes et femmes politiques, des journalistes (même si c’est de bonne guerre, bain béni oblige), d’en rajouter, de délayer, de monter l’affaire en mayonnaise.

Parce que ceux qui sont insultés, dans cette histoire, ce sont les autres. Tous les autres. Nous, en somme, dont tous ces braves gens se disent que nous sommes abrutis au point de ne pas même nous rendre compte que cela fait des jours que les communiqués sont phagocytés par « l’affaire Depardieu », après des semaines de « l’affaire UMPRUMP ». Des jours, des semaines, donc, à ne surtout pas parler de tout le reste. De ce qui ne va pas. A gober une soupe infâme alors même que nous sommes en train de boire un calice bien amer, et que nous allons le boire jusqu’à la lie.

Après le « je veux bien qu’on rie, mais je veux pas qu’on se moque », j’aurais plutôt envie de dire « je veux bien qu’on nous prenne pour des cons, mais je veux pas que ça se voie trop ».

Et entre nous, là, franchement, ça commence à se voir.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

LE JARDIN DE L’AMITIE |
wildcatsworld |
wwwfodelinfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Infos du jour
| Mosaïque
| Les Roses de l'Unité contre...