C’est tout moi !

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Et une ministre nudiste ? 18 juillet, 2012

Classé dans : Billets d'humeur — Barbara @ 14:30

Voici quelques temps, Cécile Duflot a fait sensation pour avoir choisi un jean en se rendant au conseil des ministres.

A présent, vêtue d’une robe à l’Assemblée, les rangs s’émeuvent de nouveau.

Les réactions, par la suite, sont de grands moments, dignes du plus pur machisme. Citons en vrac :

Patrick Balkany : «Nous n’avons pas hué ni sifflé Cécile Duflot, nous avons admiré. [...] Tout le monde était étonné de la voir en robe. Elle a manifestement changé de look, et si elle ne veut pas qu’on s’y intéresse, elle peut ne pas changer de look. D’ailleurs, peut-être avait-elle mis cette robe pour ne pas qu’on écoute ce qu’elle avait à dire. [...] Enfin, on peut regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme.»

Laurent Wauquiez: «Il y aurait eu le même type de chahut si un homme avait porté une cravate fluo orange.»

Résumons. Choisir de passer un jean revient à révéler son je m’en foutisme, et mettre en avant son absence totale de distinction et d’irrespect envers les hauts lieux de la République. Dont acte. Pas de jean, donc. Mais si pas de jean, on se dit « tiens, et une robe ? ».

Erreur ! Regrettable erreur ! Mettre une robe signifie que l’on sait avoir des paroles si peu intéressantes qu’il vaut mieux jouer sur les plus bas instincts de l’Homme, à savoir montrer ses formes pour capter l’attention. C’est un choix audacieux, et non sans danger, en ce sens où l’on oublie qu’à l’Assemblée, il y a aussi des éluEs, pas forcément lesbiennes, qui n’auront donc aucune difficulté à se concentrer sur vos dires (sauf, évidemment, si l’on fait en sorte de tellement échauffer ces messieurs que ces dames seront empêchées d’entendre vos paroles à cause du charivari).

Mais surtout, surtout, et trêve de plaisanterie, gardons-nous de passer à côté de ce qu’évoquent les réactions sus-citées. Les plus bas instincts, précisément.

Ceux qui consistent à sous-entendre qu’une femme se met en valeur n’est rien d’autre, en somme, qu’une cochonne qui veut qu’on la regarde d’un air salace. Donc, que c’est normal, dans la rue, d’entendre des commentaires insultants parce qu’on ose montrer ses jambes sous une jupe. Donc, que c’est la méthode employée par ces femelles écervelées pour faire oublier qu’elles le sont – écervelées. Et, tout au bout de ce raisonnement, l’arrière-pensée tristement banale : « violée ? Tu parles. Elle a dû les provoquer ».

Le raccourci que j’emploie est sans aucun doute caricatural, voire violent. Mais relisez bien les citations que j’ai pêchées directement sur « le Figaro » (pas plus choqué que ça, d’ailleurs, le Figaro). Relisez bien, avec ou sans le contexte, et dites-moi que cela ne parle pas, au fond, de la domination du mâle, de la faiblesse présupposée de la femelle, du droit du mâle à faire de la femelle ce que bon lui semble.

Et maintenant, parlez-moi d’égalité des sexes. Parlez-moi de parité. A l’heure où, sans que cela n’émeuve plus que cela, l’on ose déblatérer ce genre d’horreurs, oh oui, parlez-moi de tout cela. Parce que j’ai besoin de sourire, là, de suite. Et j’avoue avoir du mal. Beaucoup de mal.

La lutte féministe ? Pas mon truc (d’ailleurs, je veux et j’exige, toujours, que l’on me laisse mon « mademoiselle », nom de bleu). Avant de supprimer le terme « mademoiselle », il faudrait déjà voir à s’occuper des mentalités. Que ces sorties – ces saillies, pour rester dans le sujet – typiques du mâle dominant n’aient plus cours, ou du moins, que leurs auteurs, s’ils y pensent, n’osent plus le dire de vive voix, de crainte de recevoir une volée de bois vert.

Que tous les hommes de l’Assemblée qui sont révulsés par ce tranquille machisme, ces platitudes misogynes, portent à la prochaine séance une cravate orange fluo. (Suggestion de l’un de mes contacts, Rowenda).

Et que les femmes politiques viennent à l’Assemblée dans la tenue d’Eve, celle par qui le mal est arrivé, paraît-il, et qui nous vaut d’être traitées comme de jambons. (Bachelot et Morano sont exemptées, tout de même).

Messieurs les députés, vous les élites, censés servir d’exemple à la population, tenez-vous le pour dit : une femme qui aime à se mettre en valeur n’est pas forcément une nymphomane, pas plus qu’une idiote cherchant à faire oublier qu’elle l’est. Du haut de mes 162 de QI, du bas de ma mini-jupe, je vous l’affirme.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

G 17 juillet, 2012

Classé dans : Le Petit Armoria Non Illustré — Barbara @ 19:10

Point qui est plus ou moins facile à atteindre selon que le contexte soit une discussion sur internet ou une relation sexuelle.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Masochisme (n.m.) : 4 juillet, 2012

Classé dans : Le Petit Armoria Non Illustré — Barbara @ 22:16

Action de s’épiler les aisselles avec un épilateur électrique tout en ayant une tendinite à l’épaule.

 

 
 

LE JARDIN DE L’AMITIE |
wildcatsworld |
wwwfodelinfo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Infos du jour
| Mosaïque
| Les Roses de l'Unité contre...